Demandez le programme !

L’évolution du site minier, de 1899 à aujourd’hui

Atout majeur lors de la candidature au patrimoine mondial de l’UNESCO, le site de Wallers-Arenberg intègre toutes les composantes du système minier à une échelle géographique relativement restreinte. Il s’articule autour de la fosse d’Arenberg, ouverte en 1899 par la Compagnie des Mines d’Anzin et mise en exploitation en 1903.

Fleuron de la Compagnie, la fosse a pleinement bénéficié de son sous-sol riche en charbon maigre et de sa proximité avec le pôle sidérurgique de Denain. Elle est très rapidement devenue l’une des plus productives de la Compagnie : 218 915 tonnes en 1906, et jusque 452 630 tonnes en 1930.

En 1930, la production de charbon croît de manière spectaculaire tandis que les techniques d’extraction continuent d’évoluer. De nombreux travailleurs polonais s’implantent dans la région. En 1954, les Houillères nationales créent à Arenberg un nouveau siège d’exploitation et construisent un lavoir plus performant. Le site devient alors un puissant siège de concentration, doté d’équipements des plus modernes. Pourtant, la récession qui sévit dans les années 1970 et l’épuisement des ressources font s’effondrer la production. L’exploitation cessera en mars 1989.

Grâce aux archives de l’INA, découvrez :

- l’exploitation du terril d’Arenberg

- le prototype de tunnelier installé à Arenberg

Au total, près de 32 millions de tonnes de charbon auront été extraites à la fosse d’Arenberg.

C’est en 2005 que débutent les travaux de restauration : les bâtiments les plus anciens, puis courant 2005-2006, les parements des bâtiments datant du XIXe siècle. Les maçonneries sont en brique locale couronnées de cordon en pierre de Lunel originaire des Carrières du Boulonnais. En janvier 2007, vient le tour de la restauration du clos et couvert du bâtiment recettes, de la passerelle, du bâtiment sanitaire et de la salle des pendus où les mineurs pendaient leurs vêtements au plafond.

Ce vaste bâtiment est aujourd’hui transformé en salle événementielle et porte depuis le 4 mars 2011, date de son inauguration, le nom d’Espace « Claude Berri » en hommage au célèbre réalisateur venu tourner sur le site, la majeure partie du film Germinal.
 
En tout, 11,5 millions d’euros auront été investis dans la restauration des lieux.

2012, inscription au Patrimoine mondial de l’UNESCO

Le site minier de Wallers-Arenberg, unique avec ses trois chevalements, est désormais classé aux Monuments historiques et inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis le 30 juin 2012.

Siège de la Communauté d’Agglomération de La Porte du Hainaut, les élus communautaires travaillent depuis cette date, à la conversion du site pour le dédier à l’image et aux médias numériques d’avenir : «Arenberg mine créative», un projet innovant, inscrit dans le cadre de Pictanovo et cohérent avec les reconversions des autres sites de la mémoire en Nord-Pas de Calais.